Biographie

 

 Happycathy 5 1

Catherine Harley, native de la région Grenobloise en 1971, elle prend ses premiers cours de peinture à l’huile à l’âge de 12 ans dans une mjc. Les sensations furent immédiates, et la rencontre avec la peinture fut décisive pour les années à venir.

Soutenue par son professeur Jules Flandrin (fils) au collège, elle suivra pendant ses années de Lycée les cours du soir des Beaux-arts de Grenoble en dessin.

Le baccalauréat en poche, elle rentre aux Beaux-arts d’Avignon, et après une année d’études, ne trouvant pas suffisamment de réponses  lui permettant de construire son projet artistique, elle décide de passer le concours pour devenir restauratrice de tableaux.

Dès la fin de ses études, elle commence sa vie de peintre en réalisant des copies de tableaux, et des portraits sur commande. Au fur et à mesure, elle abandonne le travail de copiste pour se consacrer entièrement à la peinture. En parallèle, elle décide d’enseigner. Ce besoin de transmission, peut-être inscrit dans l’histoire familiale se présenta comme une évidence (ses deux grands-parents paternels étaient professeurs au Conservatoire de Grenoble, et son père directeur de l’école de musique de Saint-Martin-d’Hères).

Elle s’est enrichie de 20 ans d’expérience en enseignement de dessin et de peinture tout en préservant son travail personnel. Elle crée "l’atelier de peinture" à Grenoble en 2008, où elle yenseigne tout son savoir depuis.

Depuis le commencement, essentiellement portraitiste, elle vend ses tableaux à des collectionneurs privés en France et à l’étranger.

Suite à une épreuve, comme la vie peut nous en réserver ses choix se sont clarifiés. La peinture étant au centre de son existence, elle décide de peindre plus que jamais la Vie. Ses portraits autrefois « classiques » se mettent à bouger, la touche vibre, et le mouvement apparait. Les personnages ne font qu'un avec ce qui les entoure, les matières corporelles et végétales finissent par se ressembler et s'assembler.

Sa démarche, est de raconter l’humain, dans toute la simplicité de scènes de vie anodines. Arriver à capturer un moment, avec ces mosaïques de couleurs, et donner une dimension vivante au-delà de la photographie.

Il lui aura fallu des années pour se libérer des techniques dîtes classiques pour pouvoir peindre de manière plus libre. Son travail est en recherche et en évolution permanente.

Cette deuxième chance que la vie lui a offerte sera entièrement dédiée à la peinture. 

Dsc07666 1